Séance 1 – 29 novembre 2021

Isaora Rivierez – sociologue

(Centre de recherche sur les liens sociaux / Université de Paris)

L’accompagnement communautaire contraint. Une étude ethnographique du travail associatif de prévention du VIH/sida en Ile-de-France et en Outre-mer


L’association de lutte contre le VIH/sida étudiée met en œuvre un travail d’accompagnement à la santé sexuelle au sein de nombreuses permanences locales disséminées sur le territoire hexagonal et en Outre-mer. Dans une perspective de sociologie du travail associatif (Hély, 2009 ; Simonet, 2008 ; 2013), cette présentation porte sur le travail en « santé communautaire » réalisé par les salariés des permanences et s’appuie sur trois monographies comparatives réalisées en Ile-de-France et aux Antilles dans le cadre de ma thèse de doctorat. En utilisant le cas de la réalisation de dépistages rapides (tests rapides d’orientation diagnostique dits « trods »), une mission prise en charge en 2011 par l’association, les effets de la rationalisation du travail associatif sont observés. Les tâches traditionnelles d’accompagnement sont ainsi encadrées par des dispositifs d’évaluation de l’activité : objectifs quantitatifs, ciblage de groupes de population (homosexuels masculins, « migrants » d’origine afro-caribéenne) et tâches de reporting. Soumis à un double discours militant et gestionnaire, ces salariés du bas du terrain travaillent en tension entre aspirations à l’utilité sociale et contraintes d’efficacité. Le « travail émotionnel » (Hochschild, 1983 ; 2003) et les compétences relationnelles qu’ils mettent en œuvre pour l’accompagnement des bénévoles et des publics bénéficiaires au cours des interventions est analysé. Le travail de séduction, parfois objet d’injonctions et instrument pour mener à bien les accompagnements, est également étudié. On verra que des normes et valeurs concurrentes peuvent entrer en conflit au cours des interactions entre les travailleurs et leurs publics. Certains facteurs, tels que l’identité sexuelle, la race, voire l’appartenance religieuse des bénéficiaires, pèsent sur leurs représentations du « bon » travail associatif. Ces notions relatives aux identités ont d’autant plus de résonance dans cet environnement dont l’approche par populations érige comme principe l’appartenance à des « communautés ».


Informations pratiques :

Les inscriptions à la première séance sont ouvertes, elles vous permettront de recevoir les informations pour l’accès au bâtiment /  à la visioconférence, vous pouvez vous inscrire ici.

Lundi 29 novembre 2021 – 17h à 18h30

Bâtiment de Recherche Sud – Salle 5.122
Campus Condorcet
5 cours des Humanités
93300 Aubervilliers

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.