Séance 2 – 10 décembre 2021

Mona Le Bris & Lydie Porée

“Le groupe santé lesbienne aux temps du sida (1986-1993) : les mobilisations lesbiennes en tension entre mouvement féministe et luttes homosexuelles”


L’implication des lesbiennes dans le champ des droits à la santé sexuelle et reproductive trouve son illustration dans le « groupe santé lesbienne » qui a existé à Paris de 1986 à 1993. Le groupe de recherche étudie cette initiative de santé lesbienne communautaire afin d’analyser la manière dont les groupes lesbiens se sont emparés de la question de leur santé dans le contexte de la crise du VIH/sida : en effet, très actives tout au long de la décennie, ces militantes ont proposé, outre une consultation gynécologique, une publication périodique et des rencontres autour de questions liées à la santé des lesbiennes. Investies aux côtés des gays dans la lutte contre l’épidémie, et proches des mouvements féministes qui se battent pour la libéralisation de l’avortement et la contraception, ce groupe francilien est également à l’origine de deux enquêtes de santé communautaires diffusées dans la presse lesbienne de l’époque.

Cette séance sera l’occasion d’exposer la généalogie du projet de recherche « SeSAM-LGBT » puis de présenter le « groupe santé lesbienne » à travers son fonds d’archives, conservé aux Archives recherches cultures lesbiennes situées à la Maison des femmes de Paris. La méthodologie de travail, les contraintes archivistiques ainsi que les premières pistes d’analyses du groupe seront également abordées.


Informations pratiques :

Les inscriptions à la première séance sont ouvertes, elles vous permettront de recevoir les informations pour l’accès au bâtiment /  à la visioconférence, vous pouvez vous inscrire ici.

Vendredi 10 décembre 2021 – 17h à 18h30

Bâtiment de Recherche Sud – Salle 5.023
Campus Condorcet
5 cours des Humanités
93300 Aubervilliers

Séance 1 – 29 novembre 2021

Isaora Rivierez

(Centre de recherche sur les liens sociaux / Université de Paris)

L’accompagnement communautaire contraint. Une étude ethnographique du travail associatif de prévention du VIH/sida en Ile-de-France et en Outre-mer


L’association de lutte contre le VIH/sida étudiée met en œuvre un travail d’accompagnement à la santé sexuelle au sein de nombreuses permanences locales disséminées sur le territoire hexagonal et en Outre-mer. Dans une perspective de sociologie du travail associatif (Hély, 2009 ; Simonet, 2008 ; 2013), cette présentation porte sur le travail en « santé communautaire » réalisé par les salariés des permanences et s’appuie sur trois monographies comparatives réalisées en Ile-de-France et aux Antilles dans le cadre de ma thèse de doctorat. En utilisant le cas de la réalisation de dépistages rapides (tests rapides d’orientation diagnostique dits « trods »), une mission prise en charge en 2011 par l’association, les effets de la rationalisation du travail associatif sont observés. Les tâches traditionnelles d’accompagnement sont ainsi encadrées par des dispositifs d’évaluation de l’activité : objectifs quantitatifs, ciblage de groupes de population (homosexuels masculins, « migrants » d’origine afro-caribéenne) et tâches de reporting. Soumis à un double discours militant et gestionnaire, ces salariés du bas du terrain travaillent en tension entre aspirations à l’utilité sociale et contraintes d’efficacité. Le « travail émotionnel » (Hochschild, 1983 ; 2003) et les compétences relationnelles qu’ils mettent en œuvre pour l’accompagnement des bénévoles et des publics bénéficiaires au cours des interventions est analysé. Le travail de séduction, parfois objet d’injonctions et instrument pour mener à bien les accompagnements, est également étudié. On verra que des normes et valeurs concurrentes peuvent entrer en conflit au cours des interactions entre les travailleurs et leurs publics. Certains facteurs, tels que l’identité sexuelle, la race, voire l’appartenance religieuse des bénéficiaires, pèsent sur leurs représentations du « bon » travail associatif. Ces notions relatives aux identités ont d’autant plus de résonance dans cet environnement dont l’approche par populations érige comme principe l’appartenance à des « communautés ».


Informations pratiques :

Les inscriptions à la première séance sont ouvertes, elles vous permettront de recevoir les informations pour l’accès au bâtiment /  à la visioconférence, vous pouvez vous inscrire ici.

Lundi 29 novembre 2021 – 17h à 18h30

Bâtiment de Recherche Sud – Salle 5.122
Campus Condorcet
5 cours des Humanités
93300 Aubervilliers

 

Programme 2021-2022

Séance 1

Lundi 29 novembre 2021, de 17h à 18h30, salle 5.122, Bâtiment de Recherche Sud

Isaora Rivierez : “L’accompagnement communautaire contraint. Une étude ethnographique du travail associatif de prévention du VIH/sida en Ile-de-France et en Outre-mer”


Séance 2

Vendredi 10 décembre 2021, de 17h à 18h30, salle 5.023, Bâtiment de Recherche Sud

Mona Le Bris & Lydie Porée : “Le groupe santé lesbienne aux temps du sida (1986-1993) : les mobilisations lesbiennes en tension entre mouvement féministe et luttes homosexuelles”


Séance 3

Vendredi 11 février 2022, de 17h à 18h30, salle 5.122, Bâtiment de Recherche Sud

Xavier Mabire & Suzanne Robin-Radier : “Trajectoires de soin de 13 professionnel·le·s de santé engagé·e·s dans l’accompagnement de personnes transmasculines”

Clark Pignedoli : “Repenser l’accompagnement en santé au prisme de la recherche Personnes trans et PrEP”


Séance 4

Vendredi 11 mars 2022, de 17h à 18h30, salle 5.122, Bâtiment de Recherche Sud

Michal Raz : “La fabrique des normes sexuelles : comment la médecine de l’intersexuation produit la différence des sexes ?”


Séance 5

Vendredi 15 avril 2022, de 17h à 18h30, salle 5.122, Bâtiment de Recherche Sud

Camille Frémont : “Vie quotidienne des mères lesbiennes en contexte homophobe”


Séance 6

Vendredi 13 mai 2022, de 17h à 18h30, salle 5.122, Bâtiment de Recherche Sud

Damien Trawalé : “Les ambivalences de l’injonction à la santé sexuelle en milieu communautaire : le cas des HSH afro-caribéens”

Qui sommes-nous ?

Ce carnet vise à diffuser les actualités du séminaire de recherche sur les LGBTI studies, que nous organisons en 2021 sur le Campus Condorcet. Outre les informations pratiques et le programme actualisé au fil des séances, il a pour vocation de mettre à disposition des participant·es et du public, les supports de présentation des intervenant·es, les ressources sur les différentes thématiques abordées et à relayer les évènements en lien avec nos objets d’études. 

Ce séminaire ambitionne de renouveler les approches sur les questions de santé LGBT, en décloisonnant les objets d’études souvent polarisés par les approches et les méthodes de la santé publique. Si les bénéfices de ces approches ont été considérables, en ce qu’ils ont permis l’émergence de savoirs ayant nourri les mobilisations – notamment autour de l’épidémie de VIH, les enjeux de santé et de soin des populations LGBTI excèdent cependant largement le champ de la santé sexuelle stricto sensu : santé mentale, cancer, santé reproductive, vieillissement, handicap sont ainsi autant de thèmes que ce séminaire se propose d’explorer, pour croiser les approches et visibiliser les recherches récentes qui renouvellent les savoirs sur les pratiques sanitaires et préventives des minorités sexuelles.

Soucieux·ses d’étudier ces populations non seulement comme bénéficiaires des politiques de santé publique et du système de soin, mais aussi comme productrices de soins et de care, nous nous intéresserons aux pratiques de care communautaire et d’auto-support, mais aussi aux questions de parentalité, de filiation et de transmission inter-générationnelle qu’elles ont développés.

L’équipe derrière ce projet est composée de :

  • Gaëlle Meslay, post-doctorante (Ined / Université du Texas à Austin)
  • Yaël Eched, doctorante (IRIS / EHESS)
  • Liam Balhan, doctorant (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne / Ined)