Séance 6 – 13 mai 2022

Damien Trawale (Ined) – sociologue

“Les catégories de santé publique et communautaire face à la diversité des parcours socio-sexuels des HSH nés en Afrique subsaharienne”


Cette communication a pour objectif d’interroger les catégories de santé publique et communautaire qui visent à appréhender le rapport au risque VIH et à la prévention des hommes originaires d’Afrique subsaharienne ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH). Ces catégories seront confrontées aux données de terrain récoltées dans le cadre de deux enquêtes. D’une part, une thèse de doctorat ayant, notamment, consisté en l’ethnographie d’associations parisiennes LGBT afro-caribéennes mobilisées autour de la santé sexuelle et, d’autre part, une recherche postdoctorale en cours portant sur le rapport à la PrEP des HSH nés en Afrique subsaharienne.

Dans un premier temps, je montrerai dans quelle mesure la socialisation à la sexualité entre hommes des HSH subsahariens peut être différenciée des modalités aujourd’hui dominantes en France de la socialisation à l’homosexualité. J’interrogerai, ensuite, la capacité de la catégorie « HSH afro-caribéen » à appréhender le rapport à la prévention et les parcours socio-sexuels des personnes enquêtées. Je m’appuierai ici, notamment, sur la mise en jeu de cette catégorie dans le cadre d’une association parisienne LGBT afro-caribéenne enquêtée dans le cadre de mon travail doctoral.


Informations pratiques :

Les inscriptions à la séance sont ouvertes, elles vous permettront de recevoir les informations pour l’accès au bâtiment /  à la visioconférence, vous pouvez vous inscrire ici.

Vendredi 13 mai 2022 – 17h à 18h30

Bâtiment de Recherche Sud – Salle 4.023
Campus Condorcet
5 cours des Humanités
93300 Aubervilliers

Séance 5 – 15 avril 2022

Thibault Polge – philosophe

“Le sexe sans le corps : la genèse du concept médical de genre (1948-1970)”


Cette communication présentera quelques éléments de l’histoire de la formation du concept de genre, à partir de la fin des années 1940.  Le genre, pour le dire en un mot, c’est ce qui dans le sexe n’est justement pas du sexe.  Il naît donc comme séparation du sexe d’avec lui-même, ou du sexe d’avec le corps.  Une telle séparation ne va évidemment pas de soi: j’essaierai de montrer comment elle entraîne avec elle une redéfinition profonde à la fois de la pensée médicale des pathologies sexuelles, mais aussi et en même temps du sexe lui-même.  Jusqu’à peu près la première moitié du XXᵉ siècle en effet, le sexe est généralement conçu comme une propriété complexe, dispersée dans le corps et dans l’âme, susceptible d’altérations partielles ou d’anomalies locales.  Ces altérations et anomalies formaient, depuis le XIXᵉ siècle, la grille explicative commune de la pathologie, sous le nom d’inversion sexuelle.  Or, dire que l’inversion est une «grille explicative commune», c’est dire qu’elle fournit un modèle explicatif unique pour toutes les pathologies de la sexualité (qui, en un sens, n’étaient donc qu’une); le genre au contraire prépare une classification précise de termes très nettement distincts: intersexuation, homosexualité, transsexualisme.  C’est de cette tripartition qu’on esquissera l’histoire.


Informations pratiques :

Les inscriptions à la séance sont ouvertes, elles vous permettront de recevoir les informations pour l’accès au bâtiment /  à la visioconférence, vous pouvez vous inscrire ici.

Vendredi 15 avril 2022 – 17h à 18h30

Bâtiment de Recherche Sud – Salle 5.122
Campus Condorcet
5 cours des Humanités
93300 Aubervilliers

Séance 4 – 11 mars 2022

Michal Raz (EHESS, Iris) – sociologue

La fabrique des normes sexuelles : comment la médecine de l’intersexuation produit la différence des sexes ?”


Cette présentation examine la manière dont les normes de genre et de sexualité informent la production de savoirs et de pratiques médicales autour de l’intersexuation. Elle retrace les évolutions, depuis les années 1970, des études de suivi médicales et psychologiques des personnes ayant une variation intersexe. Il s’agit d’analyser les productions scientifiques évaluant les effets à long terme des interventions médicales dans l’enfance. Nous verrons que ces études de suivi, de par leurs outils méthodologiques et les catégories mobilisées à travers le temps, vont vers une préoccupation pour la « qualité de vie » plus globale. Cependant, malgré de multiples reconfigurations du champ biomédical, de plus en plus centré sur l’individu, la construction des normes de santé corporelles et psychologiques qui en émanent restent fondées sur une vision binaire et hétéronormative du sexe et du genre.


Informations pratiques :

Les inscriptions à la séance sont ouvertes, elles vous permettront de recevoir les informations pour l’accès au bâtiment /  à la visioconférence, vous pouvez vous inscrire ici.

Vendredi 11 mars 2022 – 17h à 18h30

Bâtiment de Recherche Sud – Salle 5.122
Campus Condorcet
5 cours des Humanités
93300 Aubervilliers

Séance 3 – 11 février 2022

Séance consacrée à la santé sexuelle des personnes trans : deux présentations.


Xavier Mabire (PHASE, Université de Lausanne, UMR1296 « Radiations : Défense, Santé, Environnement », Université Lumière Lyon 2) – psychologue

Suzanne Robin-Radier (Association OUTrans, Paris) – sociologue

“FOREST, une recherche communautaire pour documenter la santé sexuelle des personnes transmasculines en France.”

Issue d’une lacune en termes de recherche, la recherche communautaire FOREST tente de faire la lumière sur la situation des personnes transmasculines face au VIH/IST et à la santé sexuelle. Née d’une collaboration entre l’association OUTrans et l’Université Lumière Lyon 2, elle propose une démarche de recherche communautaire pour explorer la santé globale, intime et les représentations sociales ayant trait à la sexualité des personnes transmasculines. Cette recherche s’inscrivant dans le champ de la psychologie sociale de la santé ainsi que de la sociologie mobilise des approches qualitatives (entretiens et focus groups). Ceci, afin de proposer une approche pluridisciplinaire de la question et tenter de dépasser les catégories habituellement mobilisées par la santé publique ou l’épidémiologie.

Cette intervention sera l’occasion de présenter, la genèse et le montage concret du protocole de recherche allant de l’implication des différentes équipes aux sources de financements feront l’objet du premier temps de cette présentation. Dans un second temps, nous présenterons les parti-pris épistémologiques et méthodologiques ainsi que les défis éthiques avec lesquels nous tentons de composer. Il sera ici question de la reconnaissance des différentes formes de savoir, des méthodologies employées et des garanties éthiques mise en œuvre tout au long du projet. Enfin, nous terminerons par quelques résultats préliminaires et intuitions de recherche concernant le premier recueil de données auprès de professionnel·le·s de santé engagé·e·s dans l’accompagnement de personnes transmasculines, avant de laisser la place à la discussion.


Clark Pignedoli  (Ined, UR4) – sociologue

Faire de la recherche sur et autour de la PrEP : ce que l’étude « Personnes trans et PrEP » soulève

PrEP est l’acronyme de « prophylaxie-pré-exposition », il s’agit d’un traitement qui s’adresse aux personnes séronégatives pour prévenir l’infection du VIH. En France, depuis janvier 2016 la PrEP est prise en charge par l’État pour les personnes catégorisées comme étant « à haut risque d’acquisition du VIH » (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé, 2016). Parmi ces catégories figurent également les personnes trans qui ont des relations avec des hommes et les travailleur.euse.s du sexe.

« Personnes trans et PrEP » est un projet de recherche opérationnelle lancé en 2017 par Sidaction dans un contexte caractérisé par l’absence d’études en sciences sociales sur les personnes trans et la PrEP et par un manque de financements pour favoriser l’appropriation de la PrEP par les associations et le public trans en France. L’étude est menée en partenariat entre Sidaction, l’Ined, les associations Pastt et Acceptess-T et les Cegidd (Centres gratuits d’information, de Dépistage et de Diagnostic) des hôpitaux Bichat-Claude-Bernard et Fernand Widal.

Dans le cadre de ma communication je présenterai, dans un premier temps, les volet sciences sociales du projet (la problématique, les objectifs et la méthodologie de la recherche) ainsi que les particularités des associations partenaires et de leurs dispositifs PrEP. Dans un deuxième temps, en m’appuyant sur une grille de synthèse des profils des participant.e.s au volet sociologique, je ferai un retour de terrain en m’attardant sur les enjeux éthiques et méthodologiques que celui-ci a soulevé. Enfin, les réflexions autour de cette grille permettront de dessiner quelques résultats préliminaires de cette enquête qui est toujours en cours.


Informations pratiques :

Les inscriptions à la séance sont ouvertes, elles vous permettront de recevoir les informations pour l’accès au bâtiment /  à la visioconférence, vous pouvez vous inscrire ici.

Vendredi 11 février 2022 – 17h à 18h30

Bâtiment de Recherche Sud – Salle 5.122
Campus Condorcet
5 cours des Humanités
93300 Aubervilliers

Séance 2 – 10 décembre 2021

Mona Le Bris & Lydie Porée – archivistes

“Le groupe santé lesbienne aux temps du sida (1986-1993) : les mobilisations lesbiennes en tension entre mouvement féministe et luttes homosexuelles”


L’implication des lesbiennes dans le champ des droits à la santé sexuelle et reproductive trouve son illustration dans le « groupe santé lesbienne » qui a existé à Paris de 1986 à 1993. Le groupe de recherche étudie cette initiative de santé lesbienne communautaire afin d’analyser la manière dont les groupes lesbiens se sont emparés de la question de leur santé dans le contexte de la crise du VIH/sida : en effet, très actives tout au long de la décennie, ces militantes ont proposé, outre une consultation gynécologique, une publication périodique et des rencontres autour de questions liées à la santé des lesbiennes. Investies aux côtés des gays dans la lutte contre l’épidémie, et proches des mouvements féministes qui se battent pour la libéralisation de l’avortement et la contraception, ce groupe francilien est également à l’origine de deux enquêtes de santé communautaires diffusées dans la presse lesbienne de l’époque.

Cette séance sera l’occasion d’exposer la généalogie du projet de recherche « SeSAM-LGBT » puis de présenter le « groupe santé lesbienne » à travers son fonds d’archives, conservé aux Archives recherches cultures lesbiennes situées à la Maison des femmes de Paris. La méthodologie de travail, les contraintes archivistiques ainsi que les premières pistes d’analyses du groupe seront également abordées.


Informations pratiques :

Les inscriptions à la séance sont ouvertes, elles vous permettront de recevoir les informations pour l’accès au bâtiment /  à la visioconférence, vous pouvez vous inscrire ici.

Vendredi 10 décembre 2021 – 17h à 18h30

Bâtiment de Recherche Sud – Salle 5.023
Campus Condorcet
5 cours des Humanités
93300 Aubervilliers

Séance 1 – 29 novembre 2021

Isaora Rivierez – sociologue

(Centre de recherche sur les liens sociaux / Université de Paris)

L’accompagnement communautaire contraint. Une étude ethnographique du travail associatif de prévention du VIH/sida en Ile-de-France et en Outre-mer


L’association de lutte contre le VIH/sida étudiée met en œuvre un travail d’accompagnement à la santé sexuelle au sein de nombreuses permanences locales disséminées sur le territoire hexagonal et en Outre-mer. Dans une perspective de sociologie du travail associatif (Hély, 2009 ; Simonet, 2008 ; 2013), cette présentation porte sur le travail en « santé communautaire » réalisé par les salariés des permanences et s’appuie sur trois monographies comparatives réalisées en Ile-de-France et aux Antilles dans le cadre de ma thèse de doctorat. En utilisant le cas de la réalisation de dépistages rapides (tests rapides d’orientation diagnostique dits « trods »), une mission prise en charge en 2011 par l’association, les effets de la rationalisation du travail associatif sont observés. Les tâches traditionnelles d’accompagnement sont ainsi encadrées par des dispositifs d’évaluation de l’activité : objectifs quantitatifs, ciblage de groupes de population (homosexuels masculins, « migrants » d’origine afro-caribéenne) et tâches de reporting. Soumis à un double discours militant et gestionnaire, ces salariés du bas du terrain travaillent en tension entre aspirations à l’utilité sociale et contraintes d’efficacité. Le « travail émotionnel » (Hochschild, 1983 ; 2003) et les compétences relationnelles qu’ils mettent en œuvre pour l’accompagnement des bénévoles et des publics bénéficiaires au cours des interventions est analysé. Le travail de séduction, parfois objet d’injonctions et instrument pour mener à bien les accompagnements, est également étudié. On verra que des normes et valeurs concurrentes peuvent entrer en conflit au cours des interactions entre les travailleurs et leurs publics. Certains facteurs, tels que l’identité sexuelle, la race, voire l’appartenance religieuse des bénéficiaires, pèsent sur leurs représentations du « bon » travail associatif. Ces notions relatives aux identités ont d’autant plus de résonance dans cet environnement dont l’approche par populations érige comme principe l’appartenance à des « communautés ».


Informations pratiques :

Les inscriptions à la première séance sont ouvertes, elles vous permettront de recevoir les informations pour l’accès au bâtiment /  à la visioconférence, vous pouvez vous inscrire ici.

Lundi 29 novembre 2021 – 17h à 18h30

Bâtiment de Recherche Sud – Salle 5.122
Campus Condorcet
5 cours des Humanités
93300 Aubervilliers